Publications

A- A A+

Je vous présente ici un aperçu de différentes publications me concernant, des différents articles parus dans la presse qui me sont consacrés.

 

LA REVUE GENERALE  Juillet/août 2015 à l'occasion de ses 150 ans! - BILLET D’ART de Julie River 7/8 2015

 

Bernadette Reginster est née au Congo. Elle y vivra ses quinze premières années. À Bruxelles, où elle réside, elle a obtenu son diplôme d’architecte d’intérieur à la Haute Ecole du CAD. Artiste dans l’âme depuis toujours, c’est en Afrique, continent des grands contrastes et des espaces infinis tous témoins de la mémoire ancestrale, qu’elle sent s’éveiller en elle le besoin des lignes et des couleurs. Elle débute avec une certaine timidité par des dessins à l’encre pour se lancer ensuite dans des aquarelles typiquement figuratives. Les coulées de peinture à l’eau se mêlent alors comme émanant des méandres d’une rivière dont seule la source restera immuable en toute autre forme d’expression créatrice, en toute autre technique initiée.

À la fin des années ’90, elle découvre une vraie passion pour le non-figuratif et, très vite, pour l’abstraction pure. Son regard s’étonne, son moi intérieur se libère, son horizon s’éloigne à mesure que son être s’autorise les représentations les plus imprévisibles du réel pour le soumettre à une métamorphose. Dans des couleurs éclatantes, la masse est maîtrisée, l’équilibre certain, l’harmonie présente.

S’approprier une image, la digérer mentalement jusqu’à la faire renaître si nouvelle, si inattendue, bouleversée et bouleversante, telle devient alors la démarche de Bernadette Reginster. L’artiste en fait alors exploser tous les éléments pour en faire resurgir un nouvel univers. Son univers. Intérieur, rayonnant avec élégance, comme la femme elle-même. On peut parler ici de « FRAGMENTALISME », s’inscrivant à part entière dans une tendance générale qui m’apparaît plus qu’évidente. Oui, l’art, tout à l’image du monde, s’oriente bien vers ce mouvement.

Lorsque, un fameux 11 septembre, les Twin Towers s’effondrent, et avec elles l’âme toute entière de la ville mythique, Bernadette Reginster est plus qu’interpelée. Au point d’entamer une vraie recherche historique sur New York, s’appuyant sur photos et articles d’autrefois. Cette ville emblématique des US devient alors le pilier autour duquel les forces de son imaginaire n’auront de cesse de tournoyer comme un satellite autour d’une planète. De s’en émouvoir, de guider son art.

Deux tours qui s’effondrent d’un seul coup, pourtant si unies, si complices, auraient-elles ravivé au plus profond de cette artiste la source d’une souffrance personnelle ? Peut-être. . . Car l’on sait bien les marques indélébiles qui, devenues obsessionnelles, font émerger des enclos les plus secrets l’art le plus audacieux.

Bernadette, qui se définit comme une artiste plurielle, peint et sculpte : l’émotion première est toujours l’élément de base. Le choix du sujet, la prise de vue, l’éclairage. . . sont autant de matières qui permettent la destruction systématique en vue d’une recomposition picturale. .  déclare-t-elle.

Avec ses nombreuses toiles sur New York, Bruxelles, terres et végétaux, autant que ses petites porcelaines, Bernadette est une assidue des foires artistiques en Belgique et à l’étranger. C’est dans sa maison, située dans un coin de campagne en ville, que se trouve son atelier. À deux pas de la Tour Japonaise, la « Reverdie », c’est son nom,  vous attend. Parlez-en à tous vos amis touristes car c’est aussi une maison d’hôtes. Charme assuré !

Julie River (Chroniqueur d’Art pour la Revue Générale)

 

ARTS ET LETTRES Octobre 2012 - BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

Publié par François Speranza le 1 octobre 2012 à 14:30 sur 'Arts et Lettres'

Du 26-09 au 14-10-12 se tient à l’ESPACE ART GALLERY (Rue Lesbroussart, 35, 1050, Bruxelles) une exposition intitulée BERNADETTE REGINSTER, ARTISTE PLURIELLE qui ne manquera nullement de vous séduire.

Plurielle, elle l’est assurément et lorsqu’on lui demande dans quel style elle se sent le plus à l’aise, l’artiste met en avant la caractéristique majeure qui anime, selon ses dires, le signe des Gémeaux : l’empressement, carrément vital, à tout faire vite et bien ! En effet, tout ressort à fleur de peau chez Madame BERNADETTE REGINSTER. Cela est perceptible tant dans ses tableaux basés sur la technique du collage que sur ses œuvres en technique mixte.
Cela se ressent aussi et surtout dans l’émergence qui s’exprime dans la résurgence de cette « image-fantôme » représentée dans la plupart de ses tableaux centrés sur des vues de New-York, à savoir l’ombre des Twin Towers. L’artiste les fait, en quelque sorte, rejaillir de Ground Zero, pour les faire revivre sur la toile.

 

Le 11 septembre 2001 demeure une date phare dans la vie de l’artiste. Depuis longtemps, elle désirait se rendre à New-York pour voir le World Trade Center, à Manhattan. Malheureusement, Ben Laden s’est interposé entre elle et son rêve…Et depuis lors, BERNADETTE REGINSTER ne cesse de le ressusciter, non pas comme une réalité tangible mais à l’état de silhouettes vaporeuses, existant par leur présence tout en s’effaçant dans un improbable lointain que restitue la toile, terrain fertile de notre mémoire.
L’artiste ne systématise jamais. Tout est dans l’émotion. Ses collages en témoignent le mieux.

BOWERY (2010 – 100 x 100 cm – technique mixte) associe passé et présent dans le même cadre. Le passé est symbolisé par des vieilles torpédos des années ’30 qui rappellent l’atmosphère, à la fois glauque et envoûtante, des films noirs. Le présent, lui, se concrétise par des stries faisant office de déchirures. Pour l’artiste, New-York est une ville déchirée qui garde une plaie béante.

BERNADETTE REGINSTER entretient une dialectique particulière avec les sujets de ses toiles.

Elle ne peut s’empêcher de les déplacer en les permutants de toile en toile. Il arrive aussi qu’elle les reprenne à l’intérieur d’une même œuvre, à l’instar de  TIMES SQUARE (2010 – 100 x 100 cm – technique mixte)  dans laquelle l’axe vivant de la ville est repris plusieurs fois dans des angles différents. Cette volonté de « faire revivre » New-York témoigne également d’un travail d’archéologie sur la mémoire collective. En effet, au cours d’une précédente exposition tenue dans cette ville, l’artiste a soulevé la curiosité de certains newyorkais qui ignoraient jusqu’à l’existence de certaines photographies, tellement celles-ci étaient anciennes – quelques-unes remontent à la fin du 19ème siècle ! L’artiste utilise des documents qui vont de 1890 à 1930. De quoi donner à la mémoire collective matière à réflexion!

 

Artiste plurielle, BERNADETTE REGINSTER l’est également dans la délicatesse du trait. Cela se perçoit dans ses petites encres intitulées OPUS (1998 – 24 x 30 cm), lesquelles mettent en exergue son grand talent de graphiste dans l’extrême finesse du rendu résultant du noir et blanc, ainsi que dans le savant mélange du rouge et du noir, obtenant ainsi un juste balancement chromatique.

L’artiste est aussi sculptrice. A partir de tuyaux d’arrosage elle a conçu des silhouettes filiformes campées en couples enlacés. Et lorsqu’on lui demande si, de près ou de loin, elle a été influencée par ALBERTO GIACOMETTI, l’artiste que la question semble surprendre, confesse qu’elle n’y avait jamais pensé, même si elle adore l’œuvre du sculpteur suisse. Elève à l’Académie de Woluwé St. Pierre, elle poursuit sa formation en sculpture. Le groupe d’œuvres exposées présentent une étude de variations sur le mouvement. Chaque sculpture est « figée » dans une torsion, présentée comme un « moment » définissant l’attitude des personnages. Les titres qui les accompagnent sont extrêmement évocateurs : REGARDS, ENLACEMENT, INTIMITE… .ils sont, en quelque sorte, des réminiscences remontant à l’adolescence de l’artiste, lorsque celle-ci étudiait la danse classique.

A partir d’une clé USB, BERNADETTE REGINSTER sélectionne des photos (notamment celles qui ont servi pour les TWIN TOWERS, à New-York), et travaille sur grand format. Toujours poussée par son empressement à aboutir à la vitesse de la lumière, elle privilégie l’acrylique car elle sèche très vite au détriment de l’huile, trop lente à se fixer. Le visiteur le constate aisément dans BRUME  (2012 – 80 x 80 cm - acrylique).  Cette œuvre présente essentiellement deux zones (une rouge et une blanche) s’entrechoquant, créant un embrasement chromatique, à l’origine d’une brume incandescente. Technique et rendu coïncident car l’émotion que cette œuvre dégage ne peut se créer que par fusion instantanée.

BERNADETTE REGINSTER, qui a fréquenté les Ateliers Malou, en plus d’avoir entrepris des études artistiques d’Architecture d’intérieur au C.A.D Brussels (Private College for Advertising and Design in Brussels), lesquelles ont grandement contribué à maîtriser le dessin ainsi que les mises en couleurs, est assurément une grande artiste. Une créatrice qui, au travers de ses œuvres, se cherche constamment au détour d’une émotion, véhiculée par la nécessité de la vitesse.

François L. Speranza - Arts Lettres

 

Notice du Nobel - Le Dictionnaire en ligne des artistes plasticiens de Belgique 2010

 

Peintre. Diplômée du CAD à Bruxelles en Architecture d’intérieur. Fréquente les Ateliers Malou à Bruxelles et l’Atelier Charlotte Vindevoghel. Poursuit sa formation à l’Académie de Sculpture de Woluwe-Saint-Lambert. Elle côtoie d’abord l’aquarelle en créant des paysages tendres et réalistes. L’artiste se dirige ensuite vers l’abstraction, en utilisant l’acrylique, l’encre et la photographie. Ses œuvres se chargent en intensité de couleurs : influence des années passées en Afrique et de ses voyages en Asie. La première étape dans le travail de Bernadette Reginster est la photographie d’un objet, d’un paysage, d’une personne. Cette photo est ensuite épurée dans ses formes simples. Commence alors le travail de la peintre ou de l’infographiste, travail de déconstruction et reconstruction, qui transforme cet élément premier en un ouvrage d’art. L’artiste : « Le choix du sujet, la prise de vue, l’éclairage sont autant de matières permettant une destruction systématique en vue d’une recomposition picturale ou photographique où le sujet prend une nouvelle dimension. Il s’agit donc d’oublier l’instant premier pour revenir à l’essentiel de l’image par un travail d’épuration. Ensuite au travers de la reconstruction, du choix des couleurs et de la matière, j’aboutis à un tableau nouveau où la photographie laisse place à une création originale. » Presse : « Depuis une dizaine d’années, l’artiste a franchi le pas de l’abstraction sans pour autant renoncer aux plaisirs des contrées lointaines. Sa peinture y a gagné en intériorité, s’ouvrant à l’encre et à l’acrylique, dans des compositions plus en matière où affleure l’âme des choses. Une âme qui trouve dans la couleur une complice à sa mesure. » (D.P., 2010)

 

Expos. ind. : Bruxelles, Galerie José Sotto, 2005 – Paris/France, Little Van Gogh, 2007 – Knokke, 826 ArtGallery, 2010. Expos. coll. : Bruxelles, FuturArt, 2005 – Bruxelles, Garden Gallery, 2009 – Bruxelles, United Artists Fair, 2009. Coll. privées : USA – Pays-Bas – France – Belgique. Active à Bruxelles.


Juin 2010 - La Tribune de Bruxelles - N° 364 Du 15 au 21 juin 2010 www.tribunedebruxelles.be

 

De temps en temps, on vous emmène vous balader dans des galeries proposant des expos étonnantes.
Cette fois ci, la galerie Espace Brugmann a livré ses murs à Bernadette Reginster. 
Son exposition “New York, New York” est carrément étonnante. 
Son travail est majoritairement réalisé d’après d’anciennes photos de la capitale allant des années 1890 à 1930. 
L’artiste les retravaille sur ordinateur au niveau des couleurs et les reproduit sur alu dibond et sous plexi. 
Une cinquantaine de toiles ou caissons bois y sont exposés. 
La moitié des œuvres sont d’un format moyen de 100 x 100 cm, certaines plus grandes, d’autres plus petites et certaines déclinent une même photo en plusieurs tonalités…
C’est étrange et beau, invitant le passé à renaître à travers des techniques tout à fait contemporaines. 

Jusqu’au 12/08. Galerie Espace Brugmann, place Brugmann, 8 – 1050 Ixelles. 
Ouverture en semaine de 10 à 17 h ? le samedi de 14 à 18 h.


Avril 2010 - L'Evènement: Complicités artistiques au Centre Culturel d'Uccle


Elle, Bernadette Reginster, est peintre. Lui, Éric Maquet, est souffleur de verre. Tous deux, nés en Afrique, ont en commun la passion de l’architecture et un indéfectible attachement à la couleur...

Bernadette Reginster, venue de l’aquarelle, puise dans les voyages l’essentiel de son inspiration. Rencontres, paysages, impressions et dépaysement constituent la toile de fond de ses tableaux. Depuis une dizaine d’années, l’artiste a franchi le pas de l’abstraction sans pour autant renoncer aux plaisirs des contrées lointaines. Sa peinture y a gagné en intériorité, s’ouvrant à l'encre et à l’acrylique, dans des compositions plus en matière où affleure l’âme des choses. Une âme qui trouve dans la couleur une complice à sa mesure. Explorant encore d’autres techniques comme le glacis, les images retravaillées sur ordinateur et imprimées sous plexi ou le collage, Bernadette Reginster arpente le continent asiatique et prépare une exposition consacrée à York. I D.P.
Au Centre culturel d‘Uccle du 23 avril au 2 mai. Rue Rouge 47 à 1180 Bruxelles. www.bernadettereginster.be


2009 La Bible de l'Art Abstrait - Tome II 


Le Livre d'Art - p.87 


Novembre 2008 Union et Action - HEBDOMADAIRE • N° 46 • 5 décembre 2008

 

ACTUALITÉS   Une artiste peintre portera les couleurs belges à Canton

 

Bernadette Reginster, China girl

En décembre, cette créatrice bruxelloise va exposer ses peintures dans une importante foire d‘art en Chine. Récit d'une aventure artistique originale.

 

J'ai toujours peint. J‘ai toujours eu un pinceau ou un crayon dans les mains. la première de la classe en dessin“, raconte Bernadette Reginster artiste peintre, spécialiste de I’acryIique, de la technique du glacis et des collages (voir son parcours). Aujourd'hui, elle s'en va conquérir Ia Chine. L'art est l‘expression d‘une créativité, c’est un mécanisme de la pensée et de L’imagination, une représentation subjective du monde... En fait, il y a tellement de définitions de l'art que chaque artiste doit probablement en posséder une qui lui est propre. Une chose est néanmoins certaine, ces créateurs sont de véritables indépendants, tout comme leurs cousins les artisans. C’est un métier difficile, qui mérite bien un coup de projecteur, voire un coup de pinceau. "ll n’y a pas beaucoup d'artistes qui arrivent à vivre de leur peinture en Belqique" précise Bernadette Reginster, créatrice bruxelloise aux multiples talents. Economiste de formation, elle est également architecte d'intérieur et gérante d’une maison d’hôtes proche du palais des expositions du Heysel (La Reverdie, avenue de la Bugrane 124 à 1020 Bruxelles). Mais actuellement, elle se concentre sur sa peinture, car elle part à l'aventure, à l'assaut de I'Empire du Milieu. Elle est effectivement la seule Belge qui va exposer ses œuvres à Ia treizième Foire internationale d'art de Canton. ll s'agit d’une manifestation d’importance puisqu'elle attire plus de 300 exposants et surtout 40.000 visiteurs intéressés.

Ce long voyage vaut certainement la peine d'être mené pour une artiste de chez nous en quête d'ouverture sur le monde. La Chine est assurément en plein boom économique. II n'y est pas question de récession. Et les classes supérieures sont toujours avides de découvertes. L'art européen y est très prisé.

 

Pour les esthètes

Mais pourquoi Bernadette Reginster et pas un autre peintre peut-être plus connu ? Parce que la créatrice bruxelloise a été sélectionnée par une société parisienne, Art Event. Cette dernière a estimé que ses œuvres méritaient le voyage. Art Event sait de quoi elle parle puisqu‘elle a organisé une vingtaine de salons d’art mode-me et contemporain é Pékin, Shanghai, Canton et Hong Kong. L‘an dernier, les 20 exposants européens qui ont travaillé avec cette firme Iors de Ia Foire internationale de Canton y ont réalisé quelque 480.000 euros de chiffre d‘affaires. Car l’art ne l’oublions pas, c‘est également un marché que les esthètes et Ies... investisseurs font vivre.

Il est aussi question d‘investissement pour Bernadette Reginster. "Dès que mon dossier a été entériné par les autorités chinoises, la panique a commencé', dit-elle avec néanmoins un sourire dans la voix. Car avant de vendre une œuvre là-bas, "il faut transporter les toiles dans des caisses adaptées. ll faut également payer son logement, Ia location du stand et de l’interprète chinoise qui m'est attitrée“. Bien que I‘art soit un langage universel, l'idéal est bien entendu de transmettre Ies messages dans la langue du cru.

Ce jeu de I’exportation, ce risque, en vaut certainement Ia chandelle. C‘est un moyen pour que la notoriété de Bernadette Reginster dépasse nos frontières... Et revienne chez nous par un joyeux effet de boomerang. Ainsi, dès son retour au pays, I‘artiste peintre espère davantage participer aux belles heures de galeries bruxelloises renommées.

 

Une artiste, un parcours

Bernadette Reginster est née ou Congo. Elle y a vécu ses 15 premières années. Elle a gardé de cette expérience un amour pour I‘art brut, Ies couleurs et la lumière d'Afrique. L’artiste voyage actuellement beaucoup en Asie. Après avoir de nombreux travaux à l'encre ou à I'acrylique, toujours sur Papier, elle a finalement opté principalement pour le nouveau support qu‘est la toile, même si quelques travaux ont été effectués sur panneau ou carton. Depuis une dizaine d’années déjà. elle s'est orientée vers I’abstraction. Elle utilise la matière et la technique du glacis qui donne de la profondeur aux œuvres. Plus récemment, elle a intégré des collages dans ses travaux ct notamment des monuments historiques rehaussés de peintures. Elle a fréquenté des ateliers d‘artistes et particulièrement les Ateliers Malou à Bruxelles. C'est Charlotte Vindevoghel qui lui a permis de délayer le mouvement.

Bernadette Reginster aime se rendre aussi en baie de Somme. à Saint-Benoit sur Loire et dans les Ardennes, afin de peindre in situ et de s'inspirer de la mer, des champs et de la nature. Au cours de ses voyages, elle réalise des portages photos, une nourriture exquise pour la mémoire.

Si Ia source de I'inspiration de l'artiste est restée constante, son caractère lisible s'est manifestement estompé, laissant aujourd'hui davantage carte blanche à l‘interrogation de la peinture, laquelle vise cette genèse secrète et fiévreuse des choses dans le corps.

Quelques travaux déjà dans des collections privées aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Belgique.

Rodolphe Masuy

 

Contact

Bernadette Reginster avenue de la Bugrane 124 I020 Bruxelles 02/068.54.06 www.bernadettereginster.be